Nouveaux succès pour la Filière Française du Cuir, en 2016, les exportations sont en augmentation de 6 % en moyenne

20 mars 2017

A l’exportation, la majorité des indicateurs sont au vert. D’un montant de 9,9 milliards d’euros, les exportations bénéficient d’un essor de 6% par rapport à 2015. Tous les principaux clients de la France, à l’exception du Japon, développent leurs importations en provenance de France. Les ventes en Italie (1,4 milliard d’euros, 14% des exportations), aux Etats-Unis (1 milliard d’euros, 10% des exportations) et à Hong-Kong (0,9 milliard d’euros, 9,5% des exportations) ont respectivement progressé de 6%, 1% et 9%. Plus de la moitié des exportations est destinée à l’Europe et un peu moins du tiers à l’Asie Océanie. Les ventes en Europe et en Asie ont connu respectivement une croissance de 8% et 6%.

La plus forte progression a été enregistrée à Singapour, un pays présentant un fort potentiel de croissance dans les secteurs de consommation courante. Tous secteurs confondus, les ventes (782 millions d’euros) ont explosé de 53%. Singapour importe surtout des articles de maroquinerie (92% des importations venant de France). Les exportations d’articles de maroquinerie vers Singapour ont décollé de 55% en 2016 après une augmentation de 31% en 2015 et de 20% en 2014.

 

+ 8% d’augmentation pour les exportations d’articles de luxe de maroquinerie et de chaussures 

Les secteurs de la maroquinerie (60% des exportations) et de la chaussure (30% des exportations) connaissent les hausses les plus importantes. La demande étrangère en articles de maroquinerie et en chaussures venant de France se maintient à un niveau élevé. Les exportations de l’industrie de la maroquinerie (6 milliards d’euros) et de l’industrie de la chaussure (3 milliards d’euros) ont progressé au même rythme soit +8%.

Les ventes de sacs à main augmentent de 5% en valeur et de 1% en volume. Le prix moyen en douanes des sacs à main exportés a également progressé :

  • Sacs à main (toutes matières confondues) : 155,70 euros (+ 4%)
  • Sacs à main en cuir : 408,22 euros (+2%)

Sur les 21,2 millions de sacs à main exportés, 5,2 sont des sacs à main en cuir.

Les ventes d’articles de voyage et d’articles de petite maroquinerie explosent de 20% et 15%.

Les prix moyens en douanes des chaussures et autres articles chaussants exportés ont également augmenté de 7% en moyenne :

  • Chaussures à dessus synthétique (hors pantoufles) : 14,29 euros (+10%)
  • Chaussures à dessus cuir (hors pantoufles) : 57,32 euros (+ 5%)
  • Chaussures à dessus textile et divers (hors pantoufles) : 23,35 euros (-16%)
  • Pantoufles : 9,97 euros (+27%)

La France a exporté 106,1 millions de paires (0,9 million des paires de plus que l’an passé) pour un montant de 3 milliards d’euros, ce qui correspond à une hausse de 1% en volume et de 8% en valeur.

Les ventes de vêtements en cuir (183 millions d’euros) évoluent également de manière positive  (+4%). La tendance est à une réduction assez nette des importations (-12% entre 2016 et 2015) et à une hausse des exportations. Depuis 2013, le taux de couverture* de ce secteur a gagné 21 points pour s’établir à 78%. Comme pour la maroquinerie ou la chaussure, ce sont les marques de luxe qui exportent le plus d’articles en cuir.

 

La balance des échanges de la filière tend de plus en plus vers l’équilibre avec un taux de couverture de 90 %

Les échanges de la Filière Française du Cuir tendent de plus en plus vers l’équilibre avec un taux de couverture des échanges de 90% ; ce qui présente un gain de 3 points par rapport à 2015. Cette amélioration s’explique par le fait que les importations de la filière (11,0 milliards d’euros) n’ont augmenté que de 3% alors que dans le même temps les exportations ont progressé de 6%.

Les secteurs des cuirs et peaux bruts et de la maroquinerie sont largement excédentaires. Leurs taux de couverture s’élèvent respectivement à 232% et 171%. En maroquinerie, les importations, estimées à 3,5 milliards d’euros, connaissent un essor de 3%, alors que les exportations, évaluées à 6,0 milliards d’euros, augmentent de 8%. Cela a permis au taux de couverture de l’industrie de la maroquinerie de gagner 7 points en 2016.   

En chaussure, le taux de couverture a gagné 6 points depuis 2013, pour s’établir à 46%. Les exportations progressent à un rythme plus soutenu que les importations.

Malgré la rude concurrence des pays à bas salaires, notamment asiatique (48% des importations proviennent d’Asie), la filière est de plus en plus présente sur ce continent en raison du dynamisme et de l’attractivité de l’industrie française du luxe.

La France exporte presque six fois plus en Amérique qu’elle n’importe de ce continent (taux de couverture de 563% en hausse de 8 points par rapport à 2015).

Les échanges avec l’Europe sont proches de l’équilibre, avec un excédent pour la France (taux de couverture 106%, en hausse de 2 points).

Avec l’Asie, les échanges sont déficitaires, mais le taux de couverture (58%) a gagné 2 points.   

 

Un bilan mitigé pour les exportations de matières premières

Les exportations de matières premières représentent 7% des exportations de la filière.

Depuis 2013, où les exportations ont connu une hausse exceptionnelle, la demande étrangère en cuirs et peaux bruts ne cesse de baisser. Les exportations évaluées à 325 millions d’euros fléchissent de 12%. Ce ralentissement de la demande de nos principaux clients s’explique par la situation difficile du secteur depuis 2014. Les ventes en Italie, qui représentent à elles seules les trois quarts des exportations, ont décliné de 13%. Même tendance pour les ventes en Chine et en Espagne qui ont subi respectivement un recul de 31% et 7%. Les exportations de cuirs et peaux bruts de bovins et d’ovins se sont rétractées de 12% et 33%. Il y a des stocks importants de peaux brutes, notamment d’ovins. 

En tannerie-mégisserie, les exportations (328 millions d’euros) progressent de 2%, mais la conjoncture est très variable selon les peaux. Les ventes de cuirs finis de bovins et de peaux finies d’ovins décollent de 7% et 8%, alors que celles de veaux, de caprins et de reptiles se rétractent respectivement de 10%, 5% et 31%. En effet, beaucoup de cuirs finis restent en France pour être utilisés par les producteurs d’articles en cuir dont la demande en matière de qualité demeure très importante. 

*taux de couverture : (exportations / importations) x 100

Le Conseil National du Cuir

La confédération regroupe 20 fédérations ou syndicats professionnels depuis l’élevage jusqu’à la distribution des produits finis et anime l’ensemble de la filière française du cuir.

La filière française du cuir

  • 9 400 entreprises
  • 25 milliards dʼeuros de chiffre dʼaffaires
  • 130 000 personnes salariées dans les industries du cuir, de la tannerie-mégisserie, de la chaussure, de la maroquinerie, de la ganterie, de la distribution dʼarticles de cuirs.
  • Un des leaders mondiaux des cuirs de veau et peaux exotiques.
  • 3ème exportateur mondial des cuirs et peaux bruts
  • 13ème exportateur de cuirs finis
  • 3ème exportateur mondial dʼarticles de maroquinerie
Facebook icon