L'histoire du cuir

Crédits : 
Agnelle

UNE MATIÈRE PREMIÈRE UNIQUE

La peau est née de la nature. Elle n’est pourtant rien sans l’homme qui la soigne, la transforme, la réhabilite afin qu’elle devienne un cuir somptueux et vivant. Sa naturalité et sa noblesse font d’elle une matière à forte valeur ajoutée.

Crédits : 
Tannerie Arnal

ARTISANAT ET INDUSTRIE

Le savoir-faire artisanal et l’expertise industrielle s’appliquent naturellement au cuir. Avec un seul objectif, la qualité. Le savoir-faire a toujours été pluriel sur le territoire, qu’il s’agisse de tannerie, de maroquinerie et de sellerie, de botterie, de ganterie. La fabrication française doit sa renommée internationale à sa créativité et à un artisanat d’art, très prisé du luxe. Quant à l’industrie, elle concilie déjà la consommation et l’environnement.

Crédits : 
Musée de Romans

LA SAINT CRÉPIN

Le cuir se célèbre le 25 octobre. Son histoire est directement liée à la chaussure, Saint Crépin désignant le patron des cordonniers. Mais cette fête, qui a toujours été populaire, s’applique plus largement à toute la famille du cuir.

Crédits : 
Bernard Vainchtein

UN ÉLAN DYNAMIQUE

L’histoire du cuir démontre une grande capacité d’adaptation. Aujourd’hui, les initiatives, les brevets, les exclusivités, les nouveautés témoignent d’une importante vitalité à innover. S’il est légitime dans un grand nombre de secteurs, le cuir sait aussi valoriser à l’extrême le haut de gamme. Tannées dans les règles de l’art, les peaux projettent dans le futur une souplesse, des couleurs, des effets infinis, tandis que leurs performances optimisent leurs qualités originelles.

Facebook icon