LA FILIÈRE FRANÇAISE DU CUIR AUGMENTE SES VENTES VERS L’ASIE ET PRÉSENTE UNE BALANCE COMMERCIALE EXCÉDENTAIRE

25 mars 2021

La Filière Française du Cuir n’a pas échappé à une baisse d’activité liée à la pandémie de la Covid-19. Globalement, les importations et exportations sont en baisse en 2020, mais les chiffres restent malgré tout encourageants avec des échanges excédentaires. Notamment grâce à une augmentation des ventes vers l’Asie qui permet de pallier partiellement la baisse des ventes en Italie.

UNE ACTIVITÉ RALENTIE MAIS DES ÉCHANGES EXCÉDENTAIRES POUR LA FILIÈRE FRANÇAISE DU CUIR

La Filière Française du Cuir voit ses exportations baisser de 9 % en 2020, mais ses importations chuter de 15 %, pour des chiffres d’affaires respectifs de 11,9 milliards d’euros et 9,7 milliards d’euros. La France exporte donc plus qu’elle n’importe, et présente des échanges de plus en plus excédentaires, avec un taux de couverture qui gagne 7 points et qui s’élève à 124 %. (Pour mémoire, le taux de couverture gagnait 8 points en 2019).
Trois secteurs hissent la France parmi les principaux exportateurs mondiaux : la maroquinerie et les cuirs et peaux bruts, qui placent l’Hexagone au rang de 3e exportateur mondial (avec des taux de couverture respectifs de 273 % et 149 %) et les vêtements en cuir pour lesquels la France est 5e exportateur mondial (avec un taux de couverture de 119 %).

DES CHIFFRES PORTÉS PAR UNE BELLE HAUSSE DES VENTES EN CHINE...

L’intérêt de la Chine pour le luxe français s’est nettement renforcé en 2020 : le pays a développé ses achats en France de 80 %, contre 35 % en 2019. Pour la maroquinerie, la Chine est le 4e client (derrière, Hong-Kong, les États-Unis et Singapour) avec une demande d’articles de maroquinerie qui a doublé en un an et qui s’est multipliée par dix au cours de la décennie.
Même constat pour l’amont de la filière. La Chine est le premier client du secteur à relancer les échanges commerciaux avec la France durant cette crise sanitaire, avec des exportations de cuirs et peaux bruts vers la Chine qui ont progressé de 74 %.
Les ventes vers la Chine se développent à un rythme soutenu tandis que les importations reculent (-27 % comparé à 2015 et -19 % comparé à 2019). Les échanges restent déficitaires mais ce déficit commercial a tendance à se réduire d’année en année. 

.. MAIS IMPACTÉS PAR UNE BAISSE SIGNIFICATIVE DES VENTES EN ITALIE

L’Italie, premier client de la France (12 % des exportations), a réduit sa demande de 19 %. À-elles seules, les ventes de cuirs et peaux bruts vers l’Italie représentent plus des deux-tiers des exportations de la filière. Mais avec le ralentissement de la demande des tanneurs italiens, elles ont reculé de 35 % en 2020 (-27 % pour l’ensemble des exportations de cuirs et peaux bruts de la France). 
Même tendance pour les cuirs finis, avec des ventes vers l’Italie qui s’effondrent de 45 % en 2020, après avoir déjà chuté de 21 % en 2019. Une baisse qui impacte fortement la filière, l’Italie étant le client le plus important pour cette catégorie de produits (avec environ un tiers des exportations). 
Les produits finis ont connu une baisse légèrement moins importante de 15 %, comparé aux ventes des matières premières qui ont elles chuté de 39 %. La chaussure a ainsi connu une baisse de 11 % et les articles de maroquinerie une baisse de 19 %. 

 

Frank BOEHLY, Président du Conseil National du Cuir : « La crise sanitaire n’épargne aucun secteur. Avec les cuirs et peaux bruts, l’amont sort timidement la tête de l’eau avec la réouverture des frontières entre la France et la Chine. Quant aux ventes de cuir fini, tributaire de l’Italie dont l’activité reprend difficilement, elles continuent à perdre de la vitesse. Malgré cette situation inédite, le luxe français continue de rayonner et à gagner du terrain sur le continent asiatique confirmant ainsi le caractère exceptionnel des savoir-faire de la Filière Française du Cuir, enjeu stratégique qu’elle s’emploie à préserver. » 

 

Téléchargez la brochure du Commerce Extérieur de la Filière Française du Cuir en 2020.

 

Fortier-Beaulieu
Fortier-Beaulieu
Crédits : 
CNC - P&M

Fortier-Beaulieu
Fortier-Beaulieu
Crédits : 
CNC - P&M

Bodin-Joyeux
Crédits : 
C. Bodin-Joyeux

Crédits : 
C. Bodin-Joyeux

 

Le Conseil National du Cuir, avec son Observatoire Économique, répond à sa mission d’information auprès de tous les acteurs de la Filière Française du Cuir. Ainsi, tout au long de l’année sont réalisées : une brochure et des fiches pays sur les échanges mondiaux de la filière cuir, une étude sur le Commerce Extérieur de la France, des enquêtes annuelles de conjoncture par secteur d’activité (Cuirs et peaux bruts, Tannerie-Mégisserie, Chaussures et Maroquinerie), des notes mensuelles de conjoncture sur l’activité globale des entreprises françaises de la filière industrielle du cuir et sur leurs échanges extérieurs, des fiches sur l’activité annuelle de la Tannerie-Mégisserie, de la Chaussure et de la Maroquinerie, ainsi que des études dans le secteur du commerce. 

Toutes ces données sont publiées sur le site www.conseilnationalducuir.org

 

 

Fichier PDF: 

Le Conseil National du Cuir

La confédération regroupe 21 fédérations ou syndicats professionnels depuis l’élevage jusqu’à la distribution des produits finis et anime l’ensemble de la filière française du cuir.

La filière française du cuir

  • 12 800 entreprises, dont les savoir-faire sont exceptionnels, maîtrisés et reconnus à l’international
  • Plus 25 milliards dʼeuros de chiffre dʼaffaires, dont 13 milliards d’euros à l’export 
  • 133 000 personnes salariées dans les industries du cuir, de la tannerie-mégisserie, de la chaussure, de la maroquinerie, de la ganterie, de la distribution dʼarticles de cuirs.
  • Un des leaders mondiaux des cuirs de veau et peaux exotiques.
  • 4ème exportateur mondial
  • 3ème exportateur mondial des cuirs et peaux bruts
  • 3ème exportateur mondial dʼarticles de maroquinerie