NOTE DE CONJONCTURE de la FILIERE CUIR : CHIFFRES CLES AU PREMIER SEMESTRE 2019

26 septembre 2019

Au premier semestre 2019, la balance commerciale de la Filière Française du Cuir reste excédentaire avec un taux de couverture de 116% (en hausse de 8 points). Comparées au premier semestre 2018, les exportations ont augmenté de 13%, tous secteurs confondus.

De manière générale, les produits finis en cuir haut de gamme, voire luxe, tirent bien leur épingle du jeu au cours du 1er semestre 2019. L’amont de la filière à l’inverse fait face à un ralentissement de ses activités. En cause, la demande de son client principal, l’Italie, qui ne cesse de baisser. 

Crédits : 
Conseil National du Cuir

LE LUXE FRANÇAIS NE CONNAIT PAS LA CRISE

Les exportations françaises de produits finis ne cessent d’augmenter : + 15%, correspondant à près d’1 milliard d’euros de plus qu’en 2018. Les principaux clients sont l’Italie (12%), Hong Kong (11%) et les Etats-Unis (11%). La France exporte pour 6 milliards d’euros de produits finis (+15%) et importe à un rythme moins soutenu, soit 5,1 milliards d’euros (+4%). Son savoir-faire porté par l’image des grandes Maisons de Luxe continue de séduire à l’international.

LA MAROQUINERIE 

Ce sont les articles de maroquinerie qui font la tendance avec un marché pesant 4 milliards d’euros (+16%). Hong Kong (14%), Singapour (13%) et les Etats-Unis (12%) forment le trio des principaux clients de la France, suivis de près par l’Italie (9%) et du Royaume-Uni (8%). Les sacs à main restent une fois encore en tête des ventes. Ils représentent 59% des exportations d’articles de maroquinerie et sont en hausse de 23% comparés à 2018. Sur ce marché de 2,4 milliards d’euros, 10,2 millions d’exemplaires de sacs ont été vendus, dont 2,5 millions en cuir. Cette envolée est encore plus marquante au niveau du prix moyen en douanes. Ce dernier a augmenté de 15% pour les sacs à main toutes matières confondues, et de 22% pour les sacs en cuir, atteignant 609 euros.

La France connaît également une augmentation de ses importations d’articles de maroquinerie : + 8%. Ces produits viennent principalement de Chine (35%) pour répondre à la consommation nationale en produits moyen/bas de gamme de la fast fashion, d’Italie (23%) où certaines grandes Maisons ont leurs ateliers de fabrication et d’Espagne (11%), pays dont le savoir-faire est apprécié par les jeunes créateurs. La France a importé près d’1 million de sacs à mains de plus que l’an passé. Cette situation explique en grande partie la baisse de 8% de la production de sacs à main pour femme.

LA CHAUSSURE 

Même constat pour le secteur de la chaussure et autres articles chaussants. Les exportations ont progressé de 12% en valeur, atteignant 1,9 milliards d’euros, et de 5% en volume soit un total de 62 millions de paires au premier semestre 2019. La tendance est également à la hausse quant au prix moyen en douanes : +7%. Cette hausse du prix concerne tous les produits dont les chaussures à dessus cuir (+9%) exportées à un prix moyen de 63 euros. Sur les 62 millions de paires de chaussures et autres articles chaussants exportés, 90% sont vendus à l’Union Européenne (55,7 millions de paires) : en tête, l’Espagne qui a acheté pour 11,4 millions de paires, l’Italie pour 9,5 millions, l’Allemagne pour 8 millions, la Belgique pour 5,8 millions et la Pologne pour 5,3 millions.

La France voit ses importations reculer de 6% en volume et augmenter de 2% en valeur. En d’autres termes, elle a importé moins de chaussures et articles chaussants mais à un prix plus élevé, supposées de meilleure qualité. Par exemple, un peu plus d’une chaussure sur deux vient encore de Chine, mais en quantité moindre (-12% en volume, soit 18 millions de paires en moins) et les prix ont augmenté de 11% atteignant un prix moyen de 6 euros. Le Vietnam est le premier pays à profiter du recul des importations venant de Chine avec une hausse de 1% en volume et +4% en valeur (19 euros). Enfin, l’Italie demeure un partenaire clé pour la France, puisque nous avons importé près de 15 millions de paires à notre voisin (+9%) à hauteur de 45 euros la paire.

Autre chiffre marquant : 6%, soit le recul de la production française et des ventes en volume dans les enseignes de la chaussure. Le mouvement des gilets jaunes a eu de lourdes conséquences pour le commerce en France et n’a pas épargné le commerce de centre-ville, notamment les samedis qui représentent 30% du chiffre d’affaires mensuel pour un commerçant.

 

LES VENTES DES CUIRS SIMPLEMENT TANNES ET CUIRS FINIS EN HAUSSE DE 9,1%

Au premier semestre 2019, la Tannerie Mégisserie voit son chiffre d’affaires augmenter de 9,1% grâce à la vente de ses cuirs finis de veaux, reconnues dans le monde pour leur qualité exceptionnelle et très demandées. Les exportations des cuirs finis de veaux progressent de 10% en valeur et la production française de 4% en volume. Mais la France ne peut répondre à elle seule à la forte demande des Maisons de Luxe en cuirs de premier choix. De plus, de nombreux ateliers de maroquinerie ont ouvert dernièrement en France et alimentent la demande en cuir de qualité. Ce qui explique l’augmentation des importations de 5%, venant majoritairement d’Italie (44%) et d’Espagne (15%).

Les ventes de cuirs finis restent stables en Europe, qui représente 63% des exportations françaises : on note une baisse dans certains pays comme l’Espagne (-2%) et la Belgique (-32%) compensée par la hausse dans d’autres pays tels que l’Italie (+2%), la Suisse (+29%), le Portugal (+8%) et le Royaume-Uni (+11%). Sur le continent Africain (17% des exportations en cuirs finis), la baisse de la demande en cuirs finis français est de 12% au Maroc et de 9% en Tunisie. Enfin, il est important de souligner les relations tendues entre les Etats-Unis et la Chine qui ont une conséquence directe sur l’activité des mégissiers spécialisés en cuirs d’agneau pour l’habillement : -5,3% en production et -5% à l’exportation (-35% des ventes vers la Chine et Hong Kong).

 

CONSOMMER MOINS MAIS MIEUX, CAUSE DE LA BAISSE D’ACTIVITE DE L’AMONT

Nul ne peut contester la baisse de la consommation de la viande en Europe, ni les nouveaux modes de consommation - moins mais mieux – qui touchent de plein fouet l’amont de notre filière. Dans l’ensemble, la tendance est à la réduction des abattages et donc de la production de peaux brutes. Malgré cela, les stocks sont importants au vu du ralentissement de la demande internationale. Les exportations connaissent une forte baisse de 33%. Sans compter que l’Italie, plus gros client de la France (73% des exportations françaises) a baissé de 35% sa demande en cuirs et peaux bruts ! Même situation avec la Chine (7% des exportations françaises) dont la demande recule de 26% ainsi que l’Espagne (6% des exportations) de 21% et l’Allemagne (5% des exportations) de 38%.

 

Frank BOEHLY, Président du CONSEIL NATIONAL DU CUIR : « La Filière Française du Cuir se réjouit des récentes ouvertures d’ateliers de nos Maisons du Luxe sur le territoire français. Avec la qualité de nos cuirs, le 100% made in France devient possible. Au 1er Sustainable Leather Forum, l’ensemble de la profession s’est engagé dans une démarche responsable. L’économie circulaire est donc le mot clé pour l’avenir de nos entreprises et les français doivent y être sensibilisés. Il en va de notre avenir ! »

 

Téléchargez la note de conjoncture du premier semestre 2019.

 

---

Le Conseil National du Cuir, avec son Observatoire Économique, répond à sa mission d’information auprès de tous les acteurs de la Filière Française du Cuir. Ainsi, tout au long de l’année sont réalisées : une brochure et des fiches pays sur les échanges mondiaux de la filière cuir, une étude sur le Commerce Extérieur de la France, des enquêtes annuelles de conjoncture par secteur d’activité (Cuirs et peaux bruts, Tannerie-Mégisserie, Chaussures et Maroquinerie), des notes mensuelles de conjoncture sur l’activité globale des entreprises françaises de la filière industrielle du cuir et sur leurs échanges extérieurs, des fiches sur l’activité annuelle de la Tannerie-Mégisserie, de la Chaussure et de la Maroquinerie, ainsi que des études dans le secteur du commerce. 

Toutes ces données sont publiées sur le site www.conseilnationalducuir.org

 

Fichier PDF: 

Le Conseil National du Cuir

La confédération regroupe 20 fédérations ou syndicats professionnels depuis l’élevage jusqu’à la distribution des produits finis et anime l’ensemble de la filière française du cuir.

La filière française du cuir

  • 9 400 entreprises, dont les savoir-faire sont exceptionnels, maîtrisés et reconnus à l’international
  • 25 milliards dʼeuros de chiffre dʼaffaires, dont 10,6 milliards d’euros à l’export
  • 130 000 personnes salariées dans les industries du cuir, de la tannerie-mégisserie, de la chaussure, de la maroquinerie, de la ganterie, de la distribution dʼarticles de cuirs.
  • Un des leaders mondiaux des cuirs de veau et peaux exotiques.
  • 4ème exportateur mondial
  • 3ème exportateur mondial des cuirs et peaux bruts
  • 3ème exportateur mondial dʼarticles de maroquinerie