Un livre blanc pour une filière cuir toujours plus éthique et responsable

16 janvier 2020

Le Conseil National du Cuir publie un livre blanc dédié aux démarches responsables, environnementales et éthiques des industries du cuir. Fruit d’un travail collaboratif et participatif, l’ouvrage ne se contente pas d’un aspect didactique. Il dresse, en toute transparence, un état des lieux, rappelant les enjeux, et ouvre une large part aux témoignages et retours d’expériences terrain des acteurs du secteur. Il s’inscrit dans le prolongement du Sustainable Leather Forum, 1er symposium international organisé en septembre 2019 par le Conseil National du Cuir qui a rassemblé plus de 280 professionnels du cuir, de la chaussure, de la maroquinerie et de la ganterie, français et internationaux, autours de rencontres, débats et tables rondes dédiés à la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) et aux bonnes pratiques des métiers du cuir.

 

Le Conseil National du Cuir publie un livre blanc dédié aux démarches responsables, environnementales et éthiques des industries du cuir.
Le Conseil National du Cuir publie un livre blanc dédié aux démarches responsables, environnementales et éthiques des industries du cuir.
Crédits : 
Conseil National du Cuir

 

Un livre blanc en toute transparence 

Les professionnels de la Filière Française du Cuir sont engagés depuis longtemps dans une démarche responsable de leurs activités. Conciliant réalité économique, maintien d’un savoir-faire artisanal historique et métiers d’excellence avec la mise en oeuvre de bonnes pratiques pour le respect de l’environnement, de nombreuses solutions et initiatives se sont révélées. 

En publiant ce livre blanc issus des travaux du 1er Sustainable Leather Forum, le Conseil National du Cuir fait un état des lieux et apport un éclairage objectif aux questions que chacun, professionnels comme grand public, est en droit de se poser sur les enjeux de cette industrie.

La RSE : une réalité dynamique de la filière cuir

Dans le cadre du livre blanc, le Conseil National du Cuir concentre les orientations RSE de la filière autours de cinq axes majeurs : mesure des engagements RSE par la normalisation, engagement environnemental, information et sécurité des consommateurs, responsabilité éthique et bientraitance animale, valorisation permanente de l’humain au cœur des métiers et transmission d’un savoir-faire d’excellence.

  • Vers une normalisation et certification des engagements RSE de la filière

L’ensemble de ces démarches se retrouve dans les enjeux et engagements RSE portés par la Filière Française du Cuir. Elles entendent faciliter et favoriser l’intégration de cette notion fondamentale dans la stratégie des entreprises et les pratiques des industriels. Affirmant sa volonté d’aller plus loin et de poursuivre ses actions en faveur d’une industrie responsable, la filière appelle à se structurer autour d’une charte commune, à partir d’engagements clairs et réalistes, qui pourrait donner lieu à un principe de normalisation ou certification.

  • Maitriser et réduire l’impact environnemental de l’activité - favoriser l’économie circulaire

L’industrie française du cuir n’a cessé d’améliorer ses procédés et d’innover pour être toujours plus durable et responsable. De nombreuses solutions ont été développées et mises en œuvre pour, notamment, améliorer la gestion de l’eau (problématique majeure de la tannerie-mégisserie) par une réduction de consommation et une amélioration des systèmes d’épuration ; limiter les émissions de COV (composés organiques volatiles) par des procédés de filtration innovants, réduire et revaloriser les déchets, favoriser l’ancrage local pour développer une économie circulaire.

  • Informer et éclairer le consommateur 

Le consommateur du XXIème siècle est un consommateur averti, soucieux de l’intégralité de la chaîne de production d’un produit. C’est pourquoi, de l’élevage, au tannage, à la fabrication du produit jusqu’à sa distribution, la filière cuir en France entend informer les clients de façon transparente avec, notamment, la mise en œuvre d’un réel circuit de traçabilité du cuir, de ses origines jusqu’à sa mise en vente en passant par ses étapes de transformation.

  • Appliquer une déontologie et des règles d’éthique strictes envers la condition animale

Dans le prolongement de l’information du consommateur, l’éthique envers la bientraitance animale est un critère essentiel de la déontologie des professionnels du cuir. Sujet particulièrement sensible, le thème de la condition animale fait l’objet d’efforts constants de la part des acteurs français et européens. Ils interviennent dans  un cadre légal et réglementaire très strict alliant les enjeux du respect animal à ceux de la réalité des métiers du cuir.

  • Perpétuer un artisanat d’excellence

Au cœur des métiers du cuir, le savoir-faire humain est essentiel pour perpétuer cet artisanat d’excellence. Afin de maintenir cet héritage et encourager la jeune génération vers les métiers du cuir, les acteurs de la filière, qu’ils soient grands groupes ou PME / TPE, s’appuient sur un ancrage territorial pourvoyeur d’un important gisement d’emplois, développent des formations spécifiques (soit en ouvrant des écoles internes ou via des partenariats avec établissements scolaires), s’attachent résolument à la qualité de vie au travail et au bien-être des collaborateurs.
 

 « Les multiples actions collectives menées depuis de nombreuses années démontrent l’engagement de la filière cuir en matière de RSE. Cette exigence de la profession en faveur de l’innovation environnementale et de la responsabilité sociétale est notre meilleur atout pour soutenir nos entreprises qui font briller le made in France à travers le monde. » souligne Frank Boehly, Président du Conseil National du Cuir.

 

Livre blanc disponible ici

Le Conseil National du Cuir

La confédération regroupe 20 fédérations ou syndicats professionnels depuis l’élevage jusqu’à la distribution des produits finis et anime l’ensemble de la filière française du cuir.

La filière française du cuir

  • 9 400 entreprises, dont les savoir-faire sont exceptionnels, maîtrisés et reconnus à l’international
  • 25 milliards dʼeuros de chiffre dʼaffaires, dont 10,6 milliards d’euros à l’export
  • 130 000 personnes salariées dans les industries du cuir, de la tannerie-mégisserie, de la chaussure, de la maroquinerie, de la ganterie, de la distribution dʼarticles de cuirs.
  • Un des leaders mondiaux des cuirs de veau et peaux exotiques.
  • 4ème exportateur mondial
  • 3ème exportateur mondial des cuirs et peaux bruts
  • 3ème exportateur mondial dʼarticles de maroquinerie