Newsletter 18 // LES ENTREPRISES DU CUIR FORMENT ET EMBAUCHENT

La formation et l’apprentissage constituent une priorité majeure nécessitant des réponses concrètes et efficaces. La filière du cuir est solidaire des initiatives originales et performantes menées sur le terrain en région au service des entreprises françaises.

Credits: 
CNC - P&M

 

L’ACADÉMIE DU CUIR DE MONTBÉLIARD VEUT STIMULER LES MÉTIERS DE LA MAROQUINERIE

Lancée en 2018, l’Académie du Cuir de Montbéliard réunit formation initiale et continue en rapprochant le CFA du pays de Montbéliard-Ecole Boudard et le lycée professionnel Les Huisselets. Une première à l'échelle régionale, qui conforte le dynamisme de la maroquinerie en Bourgogne Franche Comté.

Atelier de la Lizaine à Montbéliard.
Atelier de la Lizaine à Montbéliard.
Credits: 
CNC - P&M

 

Un dispositif unique et original

Le quai des Tanneurs et la première école d’enseignement technique ouverte en 1890 font partie de l’histoire de Montbéliard. Le travail du cuir s’enracine sur le territoire. L’école Boudard - du nom de se son fondateur, sellier prototypiste - a durablement pérennisé le savoir-faire maroquinier, au point d’attirer plusieurs entreprises, dont Hermès en 1996. Pour la maroquinerie, la Bourgogne Franche-Comté est la troisième région sur le plan national en effectifs (2300 salariés). Créations Perrin, SIS, Duret partagent avec Hermès le besoin croissant de recruter de nouveaux profils hautement qualifiés. L’école Boudard, désormais intégrée au Centre de Formation d’Apprentis, a entrepris dès 2011 de coordonner ses actions avec celles du lycée professionnel Les Huisselets. Depuis peu, les deux établissements renforcent leur collaboration exemplaire sous le nom d’Académie du Cuir de Montbéliard.

En bonne intelligence

Apporter une réponse locale aux demandes de la filière régionale, tel a été le point de départ de cette association inédite. « Les entreprises SIS et Thomas nous ont contactés car ils projetaient d’embaucher ou de requalifier à court terme de nombreux salariés, précise Christophe Straumann, directeur du CFA du pays de Montbéliard-Ecole Boudard. Le lycée Les Huisselets a rapidement mis en place une formation adaptée. Le rapprochement de nos établissements a permis de créer le Pôle formation cuir du pays de Montbéliard, rebaptisé Académie du Cuir ». Depuis 2018, elle dispose d’un plateau technique, voisin du lycée professionnel au centre de la ville, les Ateliers de la Lizaine, au fonctionnement autonome. Hermès y dispose d’un atelier dédié.

Des formations tournées vers l’excellence

Côte à côte, les deux organismes préparent à un large choix de formations : Bac pro, CAP Maroquinerie, TP Préparation monteur en maroquinerie, CQP Coupe, Polissage, Sellier Maroquinier d’Art, BTS Métiers de la mode - chaussure et maroquinerie… « Certains de nos élèves partent de zéro, souligne Pierre Filet, proviseur du lycée Les Huisselets. Nous formons environ 200 élèves par an. Le taux de réussite est de 85% en Bac pro et de 100% en BTS. La maroquinerie exige une sensibilité au travail de la main. Il faut être minutieux, rigoureux, passionné. Mobile aussi car les entreprises sont réparties dans toute la région, même au-delà ». A l’écoute des entreprises partenaires, d’autres enseignements ont été ajoutés : diverses certifications, dont les CQP Piqueur polyvalent, Fabricant bracelet montre et la formation aux métiers du polissage, « des techniques recherchées car complémentaires de la maroquinerie ».

 

LES INDUSTRIELS DE LA MAROQUINERIE FORMENT ET EMBAUCHENT

Grandes entreprises et PME font de la formation aux métiers du cuir leur cheval de bataille. Anticipant les départs des aînés, Longchamp, SIS ou CWD intègrent chaque année de nouvelles recrues passées par leur école. La méthode, innovante et efficace, favorise leur expansion.

Des ateliers écoles chez Longchamp depuis 2011

Longchamp fait partie des fleurons de la maroquinerie française. La marque fondée il y a 70 ans par Jean Cassegrain - dirigée aujourd’hui par la troisième génération - connait un déploiement international continu. L’entreprise, dès 2011, a trouvé la solution pour pallier une vague programmée de départs à la retraite. « Il nous a semblé indispensable de travailler sur la formation et l’embauche de personnels ouvriers de manière à maintenir nos effectifs et notre savoir-faire sur nos sites de production français, explique Florian Mathé, responsable des Ressources Humaines Pôle Industriel. Nous nous sommes rapprochés des écoles environnantes dispensant bac professionnel et formations à la maroquinerie. Mais celles-ci considéraient à l’époque que le niveau de formation des élèves devait les mener au-delà du métier d’ouvrier. Devant ce constat, nous avons décidé de recruter nous-mêmes ». Le premier atelier a ouvert à Château Gontier en 2011 puis à Ernée et Montournais en 2014 sur les sites de production. « Nos sélections sont très rigoureuses. Les profils que nous privilégions sont des personnalités motivées, capables de respecter les règles liées aux exigences du métier, avec une dextérité leur permettant d’évoluer ». La formation au piquage maroquinerie se déroule en quatre mois, suivie d’un perfectionnement sur des tâches multiples (table, teinte…) dans les ateliers durant huit mois. 80% des candidats sont embauchés et 85% des artisans formés font encore partie de l’entreprise. « Au total, poursuit Florian Mathé, 250 personnes ont été intégrées en cinq ans, soit un renouvellement d’un tiers de notre effectif de production. Un peu plus de la moitié de ces embauches proviennent des ateliers écoles ».

Longchamp pérennise son savoir faire dans ses ateliers écoles du territoire.
Longchamp pérennise son savoir faire dans ses ateliers écoles du territoire.
Credits: 
Longchamp

SIS passe le cap du millier de formations

Le groupe SIS est spécialisé dans la fabrication de bracelets montres et d’articles de maroquinerie haut de gamme. Dans l’hexagone, il emploie 600 personnes. Un pôle de compétences interne a ouvert sur le site d’Avoudrey en 2011. Ce centre de formation intégré prépare aux métiers de coupeur, préparateur, monteur… Pour en bénéficier, l’entreprise parle de « prédispositions, telles que la capacité à rester concentré, la curiosité, la dextérité, la minutie, la détermination ». Chaque stagiaire - dont la rémunération est assurée par Pôle Emploi - suit une formation de onze semaines dans le cadre de la Période Opérationnelle de l’Emploi (POE). Il est évalué tout au long de son parcours. « L’atelier qui l’accueille valide ses apprentissages. A l’issue des onze semaines, un contrat de travail (CDD ou CDI) est proposé à chaque stagiaire ayant réussi sa POE ». SIS aura formé 200 artisans en 2018 pour un total de 1100 personnes depuis 2011.

SIS forme assure une formation en maroquinerie.
SIS forme assure une formation en maroquinerie.
Credits: 
David Cesbron

CWD forme 9 selliers harnacheurs chaque année

Le spécialiste de selles de cheval sur mesure équipe les meilleurs cavaliers mondiaux. La sellerie d’équitation haut de gamme n’a ainsi aucun secret pour Laurent Duray à la tête de CWD, basée à Nontron. « Le recrutement est une problématique commune aux entreprises comme la mienne, affirme t-il. Nos besoins concernant le métier de sellier harnacheur se concentrent sur le montage et les arçons. Nous pouvons aussi être amenés à recruter en préparation-assemblage ». Le dirigeant a pris l’habitude de former chaque année une petite dizaine de futurs ouvriers selliers, à qui un CDI est proposé, « sous réserves de réelles compétences techniques, de rythme de travail et de comportement adaptés à la vie de l’entreprise ». Très attaché au développement de la filière cuir en Nouvelle Aquitaine, il a été le premier à organiser ses formations au sein du Pôle d’excellence des métiers du cuir et du luxe, ouvert à Thiviers depuis 2014. Ces formations en alternance, proposées aux demandeurs d’emploi, se révèlent être « une formule de proximité très satisfaisante ». Au total, 34 selliers harnacheurs ont été embauchés par CWD.

CWD forme au métier de sellier harnacheur.
CWD forme au métier de sellier harnacheur.
Credits: 
CWD

 

UN OUTIL DE FORMATION POUR LES METIERS DU CUIR EN NOUVELLE AQUITAINE

Le Pôle d’excellence Aquitain du cuir et du luxe a été créé pour répondre aux besoins de main d’œuvre qualifiée des entreprises spécialisées installées dans la région. A Thiviers, en Dordogne, le lycée professionnel Porte d’Aquitaine accueille salariés, scolaires, demandeurs d’emploi en reconversion.

Le Pôle d'excellence de Thiviers forme aux CAP Sellerie Générale et Maroquinerie.
Le Pôle d'excellence de Thiviers forme aux CAP Sellerie Générale et Maroquinerie.
Credits: 
Réso Cuir

Un territoire investi

Le poids économique de l’industrie du cuir en Nouvelle Aquitaine est une fois et demie plus important qu’au niveau national. Le secteur du cuir est un secteur artisanal d’excellence reconnu à part entière. En témoigne la concentration importante de marques à dimension internationale et de PME/TPE très dynamiques : J.M.Weston, Hermès, Repetto, Le Tanneur, Agnelle, Ferrand, Daguet… Elles aussi peinent à recruter… La Région s’est engagée à soutenir leur compétitivité. Pour son président Alain Rousset, il s’agit de « défendre des emplois de qualité et à priori non délocalisables, en zone rurale, à partir d’une filière qui se reconstitue grâce au haut de gamme. Notre rôle est d’accompagner les lycées à devenir des centres de formation pour le secteur ». C’est le cas du Pôle d’excellence Aquitain du cuir et du luxe, situé au lycée professionnel Porte d’Aquitaine de Thiviers. Outre ses salles de cours, de séminaires, ses espaces de stockage et son showroom, il dispose d’un plateau technique de 400m2, en cours d’agrandissement. Divers ateliers invitent à s’initier ou à se perfectionner en coupe, préparation, piquage, maroquinerie traditionnelle et sellerie, montage, finitions…

Une palette de formations pour tous publics

Le Pôle de Thiviers adapte ses formations à tous types de profils. Les parcours à destination des salariés sont mis en œuvre par l’entreprise elle-même. Chamberlan, Rubi Cuir, Lim France (CWD), Devaucoux, Ganterie Morand, ont formé de 6 à 18 stagiaires chacun. Repetto ou Frageot ont bénéficié de formations collectives organisées par CTC et I3L. Les demandeurs d’emploi suivent onze semaines de stage dans le cadre du Plan Régional de Formation. Les cycles proposés (Pré-qualification aux métiers du cuir, CAP Maroquinerie) sont dispensés par le Greta Est Aquitaine. Quant à la formation initiale, elle a été mise en place à la rentrée 2017 avec deux CAP en sellerie générale et maroquinerie.

Un outil d’avenir

Depuis 2017, c’est le cluster Reso’Cuir Nouvelle Aquitaine – soutenu par CTC, La Fédération Française de la Chaussure et le Conseil National du Cuir - qui se charge d’animer cet outil de formation. Un prolongement logique pour ce regroupement régional très actif d’entreprises qui fédère 53 membres, dont 8 nouveaux en 2018 (J.M.Weston, Ganterie Morand, Laetitia Fortin…). Le Pôle d’excellence a formé 159 personnes depuis sa création en 2015. A l’écoute des demandes, il poursuit les formations en maroquinerie, sellerie générale et prévoit d’élargir son programme au domaine de l’article chaussant.