Tannerie / Mégisserie

dupire-tannerie.jpg

Crédits : 
Tannerie Dupire

Les peausseries françaises s’imposent, dès l’amont. Elles proviennent de quatre régions, Rhône-Alpes, Alsace-Lorraine, Aquitaine et Midi Pyrénées, où les tanneurs travaillent les grandes peaux (vaches, veaux, taureaux) et les mégissiers, les petites (chèvres, agneaux, peaux exotiques). Ces spécialistes, amoureux de la matière, sont devenus des fournisseurs experts et de vrais partenaires au sein du luxe et des marchés de niche. Sensibilisés à la nécessité de devenir une « industrie propre », ils ne cessent de réinventer la matière. Au service de la mode mais aussi de l’ameublement, un secteur porteur avec des développements dédiés.

 

Ils contribuent au succès de la filière...

----

DEGERMANN, DERNIERE TANNERIE DE VEAU A BARR, LA VILLE DES TANNEURS

Cuir de veau de la tannerie Degermann, labellisée EPV
Cuir de veau de la tannerie Degermann, labellisée EPV
Crédits : 
Degermann

 

La dernière tannerie de Barr

Degermann, dont les origines alsaciennes remontent au XVIIème siècle, demeure une fierté pour la ville. Son nom est indissociable de la « ville des tanneurs », qui compta plus de 80 ateliers avant la Révolution et une dizaine d’usines au XIXème siècle. Gustave Degermann a d’abord vendu le cuir de ses confrères avant d’ouvrir sa propre tannerie. Cinq générations plus tard, Nicolas Degermann a repris le flambeau, entré dans l’entreprise en 1980 et dirigeant depuis 1995. Ses cuirs de veau de qualité exceptionnelle sont vendus dans le monde entier.

 

Le « suportlo », un savoir-faire rare

L’entreprise emploie une quarantaine de salariés, dont la moitié est affectée au tannage. Ils ne transforment que la peau de veau en cuir de premier choix, à destination des marchés du luxe et de la mode. La Filière Française du Cuir défend et protège les savoir-faire spécifiques de ses métiers. C’est le cas de Degermann, reconnu pour son veau pleine fleur retanné à la graisse chaude. Baptisé « suportlo », ce procédé artisanal s’est transmis de génération en génération. Le cuir de veau épais, étiré à la main, à l’éclat unique, se patine au fil du temps sans durcir. Une ancienne machine à vapeur, toujours en fonctionnement dans les ateliers, participe au savoir-faire faiblement mécanisé de l’entreprise qui produit aussi des cuirs de veau velours, waterproof, foulonnés, imprimés…

 

Export en essor

La France est le leader mondial du cuir de veau. Degermann est l’un de ses acteurs les plus dynamiques. La tannerie, comme la majorité des entreprises labellisées, réalise une grande partie de son chiffre d’affaires à l’international. La PME a fait le choix, dès les années 80, de se réorienter vers l’industrie du luxe en France et à l’étranger. « Le label EPV rassure nos clients qui recherchent tous l’excellence », souligne Nicolas Degermann. Une référence du made in France qui s’exporte de l’Italie aux Etats-Unis en passant par la Chine …