Newsletter n°12

EDITO // LE BIEN ETRE ANIMAL EST PRIMORDIAL

A l’heure où notre filière doit répondre à une demande croissante de peaux d’excellence, la question du bien être animal se révèle décisive. Les professionnels du cuir sont particulièrement sensibles à cette priorité devenue un véritable enjeu de société. Le Syndicat Général des Cuirs et Peaux s’est engagé depuis plusieurs années à soutenir les éleveurs et les opérateurs dans leurs bonnes pratiques quotidiennes. Réduire les aspérités (barbelés, boulons, clous…) causant griffures et blessures, encourager les traitements contre les parasites, améliorer les pratiques de dépouilles, de conservation  - dont le salage - font partie des nombreuses mesures adaptées à l’amont et opérationnelles sur le terrain.

Nos actions de sensibilisation et d’accompagnement portent leurs fruits. En 2016, nous avons poursuivi nos efforts dans les élevages de l’hexagone, sur les sites d’abattage, dans les lycées agricoles. Nous avons visité 60% des abattoirs de France pour nos actions de conseil et accompagnement en gestes de dépouilles et pratiques de conservation, et environ 150 élevages, jeunes bovins et veaux, soit 17 000 places d’élevage. De nombreuses installations continuent de s’adapter et de se moderniser en dépit d’un contexte difficile. La production d’une matière première de premier choix ne saurait cependant augmenter sans des efforts supplémentaires. Nous souhaitons que les vaccinations des veaux contre la teigne s’étendent à tous les bovins et que les barbelés cessent de blesser les animaux et de dégrader les peaux. C’est pourquoi le SGCP s’est rapproché du Groupement de Défense Sanitaire afin d’envisager ensemble un travail de sensibilisation au niveau national.

 

Denis GEISSMANN, Président du Syndicat Général des Cuirs et Peaux

 

FOCUS // LE SYMPOSIUM INTERNATIONAL DE LA FILIERE VEAU A LIEU EN FRANCE.

Crédits : 
Interbev

Le cuir de veau joue un rôle stratégique dans l’hexagone, qui accueille pour la deuxième fois les principaux acteurs du secteur. Rendez-vous à la Baule les 25 et 26 avril 2017.

Ce grand rassemblement, qui se tient tous les cinq ans dans un pays producteur, attend au cours de ces deux journées plus de 400 professionnels français, canadiens, allemands, italiens, espagnols… Le Conseil National du Cuir s’est impliqué dans cet événement au côté d’Interbev et des fédérations françaises de l’amont. Le Symposium Re-veal your mind (révélez votre vision de la filière donne le ton. Etat des lieux et perspectives d’avenir sont au programme de cette sixième édition internationale. Les professionnels échangeront sur les techniques et les innovations concernant des sujets aussi divers que les conditions d’élevage, les vaccinations, la nutrition…

L’augmentation du nombre de peaux de qualité - enjeu majeur pour la filière française du cuir - sera au cœur de l’intervention des représentants du CNC au cours de ce Symposium. La France, avec ses 6000 éleveurs de veaux et un chiffre d’affaires de 3 milliards d’euros, détient en effet le leadership en exportations de cuir de veau au niveau mondial. Cependant, moins de 20% des peaux françaises répondent aux critères de qualité exigés aujourd’hui dans les secteurs hauts de gamme de la chaussure et de la maroquinerie. La filière française est déterminée à relever le double défi qui se pose à elle : optimiser la matière première et répondre aux besoins croissants de l’industrie du luxe. 

 

GRAND ANGLE // UNE INFORMATION CIBLEE DES ELEVEURS AUX CONSOMMATEURS.

La Filière Française du Cuir au Salon International de l'Agriculture 2017
La Filière Française du Cuir au Salon International de l'Agriculture 2017
Crédits : 
Conseil National du Cuir

Le Salon de l’Agriculture 2017 a été l’occasion pour le Conseil National du Cuir de sensibiliser les professionnels de l’élevage et le grand public aux fondamentaux du cuir.

La filière française du cuir est réputée pour son excellence dans le monde entier. Ses performances au niveau international vont de pair avec un respect total de l’animal et de la matière première, de l’élevage à la réalisation du produit fini. Un cuir de qualité profite à tous les acteurs de la chaîne, et jusqu’au consommateur en quête d’un produit authentique et durable. Le Conseil National du Cuir, au côté d’Interbev et du Syndicat Général des Cuirs et Peaux, a rencontré les professionnels de l’élevage afin de les sensibiliser au nécessaire bien-être animal et aux bonnes pratiques pour réduire les défauts de la peau.

Présents sur le stand de la filière cuir pour prouver la grande richesse des métiers du cuir, différents artisans ont fait la démonstration de leur savoir-faire en matière de sellerie, botterie ou ganterie.

Le CNC avait choisi le Salon de l’Agriculture pour diffuser auprès du grand public son dernier outil de communication. « Le cuir, une histoire de savoir-faire », un document pédagogique, construit en quatre volets.

  • Qu’est ce que le cuir ? résume les caractéristiques du cuir et donne sa définition exacte.
  • Au départ la peau décrit la préparation et la conservation de la peau.
  • Quand la peau devient cuir souligne les différentes étapes de la transformation opérées par les tanneurs.
  • Du cuir tanné au cuir fini met en lumière les finitions possibles selon l’utilisation ultérieure du cuir.

 

Crédits : 
Conseil National du Cuir

PDF iconTélécharger la brochure.pdf

 

LE CHIFFRE // 6%

C’est la hausse des exportations de la filière cuir en 2016.

La demande étrangère de produits français ne cesse de progresser. Les exportations, d’un montant de 9,9 milliards d’euros, affichent cette année encore de belles performances. Tous les clients de la France, excepté le Japon, ont renforcé leurs achats. Au côté du trio de tête constitué de l’Italie, des Etats-Unis et de Hong Kong, c’est Singapour qui se démarque par une très forte demande. Depuis plusieurs années, la maroquinerie et la chaussure françaises sont en progression constante à l’international.

Facebook icon