Entretien avec Alain Reynier, Directeur Adjoint des Études à l'Itech

c-conseil-national-du-cuir-ctc-itech.jpg

Photo : élève  Ingénieur ITECH  travaillant  sur la plate-forme technologique cuir du CTC (Comité Professionnel de Développement Économique Cuir Chaussure Maroquinerie Ganterie).
Photo : élève Ingénieur ITECH travaillant sur la plate-forme technologique cuir du CTC (Comité Professionnel de Développement Économique Cuir Chaussure Maroquinerie Ganterie).
Crédits : 
CNC

QUELS TYPES DE PROFILS RECRUTEZ-VOUS AU SEIN DE L’ITECH ?

A.R. : Comme toutes les écoles d’ingénieurs en 3 ans, nous recrutons des profils Bac + 2 provenant de Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (50%), essentiellement physique/chimie,  et des étudiants issus de DUT (principalement chimie) ou Licence (L2, L3 Chimie) ainsi que quelques très bons profils BTS. En définitive, nous avons un effectif diversifié de 165 élèves en 1ère année (étudiants et apprentis) dont 35 environ s’orienteront vers la spécialité cuir pour leurs 2ième et 3ième années.

QUELLES SONT LES COMPÉTENCES REQUISES POUR CETTE FORMATION ?

A.R. : Avant toute chose, nous sommes une école de Chimie. Parmi nos formations, la spécialité cuir est peut-être celle qui requiert le plus de compétences dans ce domaine car ce sont les réactions chimiques qui permettent de transformer une peau brute en un produit noble : le cuir.

QUELLES SONT LES MATIÈRES ENSEIGNÉES ?

A.R. : Nos ingénieurs sont clairement destinés à l’industrie, de ce fait, nous avons un enseignement très équilibré entre les 3 grands axes disciplinaires que sont : les sciences fondamentales (bases de l’ingénierie), les sciences humaines, économiques et sociales (qui vont servir à exercer le métier d’ingénieur …) et les enseignements spécifiques de spécialité. Là, encore notre école se démarque en consacrant 1/3 du temps (600 heures) d’enseignement à la spécialité cuir (Cours de matière première, tannage, finissage, maroquinerie/chaussure…).

Les élèves ont 3 stages à effectuer  pendant leur scolarité : une expérience à l’étranger en fin de 1ère année, un stage technique de 3 mois en 2ième année et un travail de fin d’études de 6 mois en 3ième année intégrant, au delà de la technique, les aspects managériaux et financiers.

À QUELS MÉTIERS PRÉPAREZ-VOUS ?

A.R. : En matière d’emplois, les diplômés travaillent  aussi bien en tannerie-mégisserie (35%) que dans la  maroquinerie (40%). D’autres s’orientent vers le secteur de la chaussure (10%) ou d’autres utilisateurs de cuir tels que l’automobile et les sports et loisirs (15%). Si la moitié des jeunes diplômés sont recrutés en recherche et développement (R&D), d’autres choisissent la production, la qualité, les achats ou le technico-commercial. Les diplômés ITECH sont très recherchés, pour preuve, 63% des élèves de la promotion ingénieur cuir 2017 avaient déjà signé un contrat de travail le jour de la remise des diplômes.

QUELS CONSEILS DONNERIEZ-VOUS AUX ÉLÈVES SOUHAITANT INTÉGRER LA FILIÈRE FRANÇAISE DU CUIR ?

A.R. : Je leur recommanderais de se diriger vers la spécialité cuir s’ils ont un feeling avec le cuir. Le monde du cuir est l’apanage de personnes passionnées par cette matière. Dans ce cas, 3 types de métiers s’offrent à eux :

  • un métier manuel, artisanal ou artistique vers lequel le compagnonnage peut conduire
  • un métier de technicien en passant par un BTS spécialisé  (BTS métiers de la mode, chaussure et maroquinerie)
  • un métier d’ingénieur via l’ITECH après une formation scientifique

Découvrez la formation en vidéo.