LA SELLERIE AUTOMOBILE VA DE L’AVANT

ims.jpg

Crédits : 
IMS

Portée par les industries des transports et des loisirs, la sellerie automobile est un savoir-faire spécifique qui séduit toutes les générations et s’exporte volontiers.

L’aspect extérieur d’une voiture ou d’un véhicule de loisirs fait toujours impression mais son intérieur est le premier ressenti pour l’usager. Une sellerie complète gaine de cuir sièges, banquette, console centrale et contre-portes. De trois à cinq peaux sont nécessaires pour réaliser les 200 à 300 pièces utiles à une voiture ou à un camping car. Une mise en œuvre 100% hexagonale.

Une connaissance parfaite du cuir

« La culture du cuir est indispensable, souligne Maroussia Baro, responsable de l’Institut des Matériaux Souples, qui forme les Compagnons du Devoir au métier de la sellerie garnissage. Le prêtant du cuir, la rigidité de la peau exigent une expertise qui s’acquiert avec le temps ». Le cuir automobile, outre sa qualité esthétique, doit être résistant, facile d’entretien et disponible dans des peaux de grande taille. Le cuir de vache traité est couramment utilisé. Le savoir-faire mêle artisanat et haute technologie puisque les outils traditionnels côtoient la fabrication assistée par ordinateur. « Il faut être capable de démonter un tableau de bord et de coudre, parfois en virages, sur une machine à coudre industrielle avant de passer à la sellerie », souligne Diane Deblyck, à la tête de l’entreprise Paraphe Cuir Auto Shop.

Crédits : 
Paraphe

La main et la machine

En atelier, les tâches sont très professionnalisées. Tout part du bureau d’études. Les gabarits sur carton sont numérisés. La peau sélectionnée est soigneusement contrôlée. Mise sous tension, elle ne doit pas craquer. Elle est ensuite découpée. Puis, les « petites » mains piquent, assemblent à la main les coiffes en cuir, mettent en forme les sièges… Cuir et mousse vont de pair dans la sellerie garnissage. La mousse est d’abord profilée pour s’intégrer parfaitement à l’intérieur de chaque pièce en cuir. L’ensemble est ensuite cousu, « surgeté » et non collé. Chez Paraphe, on ne transige pas sur la qualité. « Le collage est plus simple, rapide et économique. Mais avec le temps, il provoque des craquelures sur le cuir », précise Diane Deblyck. Les épaisseurs en sellerie, pouvant varier de 3 à 15 centimètres, nécessitent l’usage d’une machine à coudre à triple entrainement.

Couture du cuir sur la mousse
Couture du cuir sur la mousse
Crédits : 
Paraphe

Des véhicules neufs et d’exception sur mesure

La sellerie automobile française est un marché de niche atomisé, composé d’artisans indépendants et de petites entreprises proposant du sur-mesure à l’unité ou en série. Parmi elles, Cuir Auto Shop en Picardie et Sellerie Cuir Standing en Seine et Marne. Les deux entreprises ont fait peau neuve et retrouvé la compétitivité en créant leur propre marque - Paraphe, Carium - dédiée à la sellerie personnalisable, héritière de l’élégance automobile à la française. Les demandes de particuliers ne datent en effet pas d’hier. Hermès gainait déjà les Bugatti et Delahaye des années trente … Confectionner sa propre sellerie, pour les amoureux du cuir, relève le standing de tout véhicule. Si les voitures les plus récentes proposées en séries spéciales gagnent en raffinement, les pièces de collection retrouvent, elles, une seconde jeunesse. Telle cette Sunbeam Alpine Sport Roadster de 1953, dont la restauration à l’identique en cuir pleine fleur ivoire rehaussé d’un passepoil ciel, a nécessité plus de 210 heures de travail.

Sunbeam Alpine Sport Roadster restaurée
Sunbeam Alpine Sport Roadster restaurée
Crédits : 
Paraphe

Des débouchés multisectoriels

La voiture de collection et le véhicule de loisirs sont des débouchés porteurs. Le souci de la décoration - de l’équipement sur mesure aux accessoires gainés - est omniprésent. Il s’applique plus largement aux domaines du ferroviaire, de l’aéronautique, du yachting de luxe. « Ce qui motive filles et garçons à devenir sellier garnisseur est lié au matériau lui-même, le cuir transposé à l’univers du transport et des loisirs, constate Maroussia Baro à propos des Compagnons du Devoir formés à Pantin. Les véhicules aménagés sont des objets utiles, reflets d’un savoir-faire rare ». En prolongement, le métier se prête aussi à la maroquinerie automobile et à l’ameublement.

Compagnon du Devoir en sellerie garnissage.
Compagnon du Devoir en sellerie garnissage.
Crédits : 
IMS

 

 

Facebook icon