L’entretien du cuir

santoni_chiffon_doux_photo_maurice_haas.jpg

Un chiffon doux est indispensable pour nettoyer et entretenir le cuir
Un chiffon doux est indispensable pour nettoyer et entretenir le cuir
Crédits : 
Maurice Haas

Le cuir a beau être un matériau stable, il n’en est pas moins vivant. Pour le préserver sur le long terme, un entretien régulier et des soins spécifiques sont indispensables.

Shoe Care Kit
Shoe Care Kit
Crédits : 
Berluti

A éviter

Protéger le cuir de ses ennemis naturels est un bon début. Les rayons directs du soleil, une chaleur intense, l’eau mais aussi le sébum sont autant de menaces susceptibles d’altérer son bel aspect, pouvant provoquer à la surface, dépigmentations et taches.

Les gestes de base

Tous les cuirs lisses et cirés se nettoient facilement avec un chiffon doux, légèrement humidifié, imprégné de shampoing doux ou de savon (type savon de Marseille). L’application d’un produit protecteur à base de cire permet ensuite de nourrir la matière. Avant de le choisir, mieux vaut cependant connaître l’usage précis que l’on en fera. Sous forme de pâte ou de crème, le cirage se prête particulièrement aux chaussures et à la maroquinerie tandis que le lait en flacon permet de traiter les plus grandes surfaces d’un vêtement ou d’un siège par exemple.

Travail d'estompe
Travail d'estompe
Crédits : 
Santoni

Des cuirs « à part »

La famille du cuir est si nombreuse qu’elle nécessite des soins adaptés à la nature de chacun. L’application d’une goutte d’huile (alimentaire par exemple) que l’on sèche aussitôt en frottant maintient ainsi l’éclat du cuir verni. Le cuir gras, lui, s’essuie avec une eau savonneuse avant d’appliquer une graisse. L’imperméabilisant est un excellent moyen pour protéger les cuirs qui détestent l’eau ! C’est le cas du cuir de tannage végétal, dépourvu de toute finition et de l’agneau plongé, si fin et si délicat. Le cuir velours – faussement appelé « daim » - ou nubuck se dépoussière à l’aide d’une brosse souple. L’imperméabilisant le protège des taches. Si la fibre velours est trop marquée, le recours à la « gomme à daim » est alors conseillé. Enfin, l’intervention d’un spécialiste du nettoyage du cuir est recommandée pour les vêtements comme pour le mobilier. 

La couleur la plus foncée se travaille en dégradé à partir d'une base claire
La couleur la plus foncée se travaille en dégradé à partir d'une base claire
Crédits : 
Bernard Vainchtein

Patine et glaçage

« La couleur exige une grande maîtrise, elle n’est jamais ridicule sur une forme basique », affirme l’artisan bottier maître d’art Pierre Corthay, dont le frère Christophe est la main coloriste de la marque masculine. Véritable tour de main, l’art de la patine est réalisé par un spécialiste, « au naturel », sur la pleine fleur brute du cuir. Le glaçage, réservé au bout dur et au contrefort, évoque une « mayonnaise » avec son émulsion d’eau et de cirage, qui cristallise sous l’effet d’un frottement rapide et vigoureux. On dit que le cuir monte ! L’entretien de base se pratique avec une brosse spéciale glaçage. 

Une platine Flaming inspirée par les guitares éléctriques du rock
Une platine Flaming inspirée par les guitares éléctriques du rock
Crédits : 
Pierre Corthay
Facebook icon