Entretien avec Diane Deblyck

conseil_national_du_cuir_-_a_la_decouverte_de_paraphe_cuir_auto_shop._entretien_avec_diane_deblyck_

Crédits : 
Conseil National du Cuir

Dirigée par Diane Deblyck depuis 2013, Paraphe Cuir Auto Shop ouvre de nouveaux horizons à la sellerie automobile française.

Diane Deblyck
Diane Deblyck, Présidente de Paraphe Cuir Auto Shop
Crédits : 
CNC-P&M

La PME picarde est basée à Villers-Cotterêts depuis 1994. Si le site n’a pas changé, l’usine de sellerie Cuir Auto Shop a dû évoluer, complétant la sous-traitance automobile avec d’autres débouchés. Diane Deblyck, spécialiste du redressement d’entreprise, est à l’origine de son renouveau. Pour la remettre sur les rails, elle fait de la valorisation de la sellerie automobile, son cheval de bataille. Sa stratégie de diversification porte ses fruits. L’entreprise emploie 38 salariés en 2017, contre 22 à son arrivée.

La fabrication d’intérieurs en cuir, jusqu’alors réservée aux professionnels, s‘ouvre avec Paraphe au grand public. La marque lancée en 2013 invite les particuliers à personnaliser leurs véhicules. Un savoir-faire unique conjuguant excellence et maitrise des coûts. « On pense à tort que le cuir, le sur-mesure, le made in France sont hors de prix. Comparées aux prix du marché, nos prestations restent très accessibles », soutient avec ardeur Diane Deblyck.

Le camping car, marché historique de l’entreprise, touche une clientèle de plus en plus variée même si le véhicule - neuf, d’occasion ou d’exception - l’emporte (60% de l’activité). « Les collectionneurs chez Paraphe sont très exigeants. Ils demandent souvent des restaurations à l’identique. Ils sont aussi sensibles aux harmonies coordonnées, aux transformations personnalisées ». Trois types de cuirs et des dizaines de nuances sont disponibles sur le site dédié qui propose de tester sa propre configuration.  

La mobilité est ici un enjeu d’avenir. L’essor de l’entreprise en témoigne. « Honda, Mitsubishi sont de plus en plus demandeurs. Volkswagen, qui était le premier client de Cuir Auto Shop, est revenu pour nous proposer des commandes spéciales ». De beaux prototypes quittent l’Aisne pour des destinations de plus en plus lointaines : la DS5 de Citroën, toute en cuir, qui a eu les honneurs du dernier Mondial de l’Automobile et même un train en partance pour l’Asie.

Le bureau d’études, il est vrai, est une force de propositions pour tout type d’agencement. Le personnel - du gabariste au sellier garnisseur - est passionné et très spécialisé. « Tout est fait à l’unité, poursuit la responsable. On répond à des besoins réels dans de petites séries ». Paraphe a déjà réalisé de la maroquinerie automobile et du mobilier modulable, à base de mousse gainée de cuir.

La préservation et la transmission du savoir-faire sont un pilier du redéploiement de Paraphe Cuir Auto shop. « La moyenne d’âge en sellerie garnissage et en maroquinerie dépasse les 50 ans. Il est urgent pour les entreprises comme la nôtre de s’investir au service de la filière », ajoute la dirigeante dont le rêve est de fédérer un réseau de selliers garnisseurs. Chez  Paraphe, les anciens forment les plus jeunes, avec embauche à la clé. Pour pallier les difficultés de recrutement, neuf profils en contrat qualification et professionnalisation ont déjà été sélectionnés pour leur « extrême motivation » depuis 2016.

Mots clefs: 

Facebook icon